Spectacle et réalité.

Qu’il s’agisse de désastre climatique, de délitement social, de pandémie, de guerre, etc., il faut distinguer la réalité factuelle – certes constamment et hautement brouillée -, de sa mise en spectacle hypnotique. Ne voir que la mise en spectacle et la confondre avec la réalité factuelle, c’est entrer dans le sommeil hypnotique voulu par la société du spectacle. Mais gommer cette réalité en ne voyant plus que le spectacle est aussi une sorte d’hypnose, une scotomisation du réel qui interdit d’en saisir et donc d’en comprendre la dialectique aliénatoire. Le spectacle colonise, floute, puis pénètre et irradie la réalité, tend à s’y substituer et la rend indiscernable en tant que telle, ce qui revient à masquer efficacement ses propres opérations bien réelles. De sorte que le regard abusé ne rencontre jamais que des reconstitutions holographiques de la réalité, ce qui caractérise une sorte d’achèvement de la fausse conscience. A un certain point de fausse conscience, ce même regard produit d’ailleurs de lui-même instantanément ces reconstitutions, de sorte qu’il ne rencontre jamais que les hologrammes dont les programmes se sont implantés en lui. Mais pour que la spectacularisation du réel opère, il lui faut nécessairement sa matière première ; du réel factuel subsistant.

Nier cela, c’est faire un pas de trop. Dans le vide.

Il y a bien une guerre en Ukraine, atroce comme toutes les guerres.

Dont la motivation spectacliste est, en dernière instance, pour toutes les parties en présence, la vérité secrète.

Spectacle and reality.

Whether it is a matter of climate disaster, social breakdown, pandemic, war, etc., we must distinguish factual reality – which is certainly constantly and highly blurred – from its hypnotic presentation. To see only the spectacle and to confuse it with factual reality is to enter the hypnotic sleep desired by the society of the spectacle. But to erase this reality by seeing only the spectacle is also a kind of hypnosis, a scotomization of reality that forbids to grasp and therefore to understand its alienating dialectic. The spectacle colonizes, blurs, then penetrates and irradiates reality, tends to replace it and makes it indiscernible as such, which amounts to effectively masking its own very real operations. In such a way that the abused gaze never encounters anything but holographic reconstitutions of reality, which characterizes a kind of completion of the false consciousness. At a certain point of false consciousness, this same gaze produces by itself instantaneously these reconstitutions, so that it only ever encounters the holograms whose programs have been implanted in it. But for the spectacularization of the real to operate, it necessarily needs its raw material; the subsisting factual real.

To deny this is to take a step too far. In the void.

There is indeed a war in Ukraine, atrocious like all wars.

Whose spectacular motivation is, in the last instance, for all parties involved, the secret truth.

« Man, do I feel solidarity with Russians and Ukrainians alike. »

This war is awful. It feels like shit when I wake up in the middle of the night because my family is in Ukraine in Kharkov and outskirts of Kiev.

Russian munitions hit all kinds of civilian targets. My grandparents apartment building has been hit luckily they are ok. But the damage to their mental state, sitting in the dark eating boiled eggs for dinner in the bathroom because it’s the room that has no windows and is in the middle of the building with concrete walls.

And then I read about how Russian soldiers are basically with no food (and apparently rations expired in 2015), many didn’t know they were even being sent to Ukraine because they were told it was a training mission.

Civilians are, contrary to soldier expectations, telling them to go fuck off when they have been told they would be seen as great liberators.

OSINT people ask “why do Russians keep abandoning these vehicles in good condition and with fuel and ammo in them” and I know why, cause they desert. Who can blame them?

Many of them are from poor families like many other militaries, where service means being able to afford to live in reasonable dignity. Many are war criminals too.

And Russians are now fucking pariahs in the world. “Just overthrow your authoritarian madman government bro, it’s simple”. Or my favourite, “well Russians love Putin cause they voted for him so it’s their fault too”.

Man do I feel solidarity with Russians and Ukrainians alike. Who the fuck asked for this war. Government and far right. We are all victims of this shit.

Fiiv_/ anarcho-syndicalist.

Photo de Polina Tankilevitch sur Pexels.com

Traduction française :

Cette guerre est horrible. Je me sens mal quand je me réveille au milieu de la nuit parce que ma famille est en Ukraine, à Kharkov et dans la banlieue de Kiev.

Les munitions russes frappent toutes sortes de cibles civiles. L’immeuble de mes grands-parents a été touché, heureusement ils vont bien. Mais les dégâts sur leur état mental, assis dans le noir à manger des œufs durs pour le dîner dans la salle de bain parce que c’est la pièce qui n’a pas de fenêtre et qui est au milieu du bâtiment avec des murs en béton.

Et puis j’ai lu que les soldats russes sont pratiquement sans nourriture (et apparemment les rations ont expiré en 2015), beaucoup ne savaient même pas qu’ils étaient envoyés en Ukraine parce qu’on leur a dit que c’était une mission d’entraînement.

Les civils, contrairement aux attentes des soldats, leur disent d’aller se faire foutre alors qu’on leur a dit qu’ils seraient vus comme de grands libérateurs.

Les gens de l’OSINT demandent « pourquoi les Russes continuent-ils à abandonner ces véhicules en bon état, avec du carburant et des munitions à l’intérieur » et je sais pourquoi, parce qu’ils désertent. Qui peut leur en vouloir ?

Beaucoup d’entre eux sont issus de familles pauvres, comme beaucoup d’autres militaires, où servir signifie pouvoir se permettre de vivre dans une dignité raisonnable. Beaucoup sont aussi des criminels de guerre.

Et les Russes sont maintenant des putains de parias dans le monde. « Renversez juste votre gouvernement autoritaire et fou, c’est simple ». Ou mon préféré, « les Russes aiment Poutine parce qu’ils ont voté pour lui, donc c’est aussi leur faute ».

Mec, je me sens solidaire des Russes et des Ukrainiens. Qui a demandé cette guerre, putain ? Le gouvernement et l’extrême droite. Nous sommes tous victimes de cette merde.

История Титаника.

Почему люди воюют?

У животных конфронтация вызвана угрозой выживания. Она естественным образом прекращается, как только выживание становится гарантированным.

У людей, помимо выживания, война коренится в ненависти или страхе перед другим, или в жажде другого, или в чрезмерном эго и амбициях.

Это те силы, которые лидеры государств используют для того, чтобы убедить свой народ убивать друг друга. Достаточно убедить их в том, что от этого зависит их выживание, и польстить их эго.

Это силы, угрожающие выживанию человечества, которые сильно представлены в лидерах, но также активны в большинстве людей и народов.

На всех уровнях, во всех аспектах жизни на Земле.

Поэтому, когда люди, любящие справедливость, обращаются против своих лидеров, движимые ненавистью или страхом перед другим, или жаждой его или ее, или чрезмерным эго и амбициями, они неизбежно ставят во главе их новых лидеров, также движимых этими же источниками.

Поэтому в теории решение кажется простым: люди должны освободиться от ненависти и страха перед другим, от жадности и чрезмерного эго или амбиций, чтобы иметь возможность освободиться от лидеров с чрезмерным эго и амбициями.

Это освобождение – прежде всего усилие каждого человека, а затем совместное усилие отношений. До тех пор, пока эти усилия не будут продвигаться вперед, среди людей и народов, бессмысленные убийства будут продолжаться.

В настоящее время, поскольку эти усилия по-прежнему предпринимаются лишь очень небольшим меньшинством во всем мире, бессмысленные убийства продолжаются.

Titanic story.

Pourquoi les hommes font-ils la guerre ?

Chez les animaux, l’affrontement a pour cause la survie menacée.  Il cesse naturellement aussitôt que la survie est assurée.

Chez les hommes, au-delà de la survie, la guerre prend racine dans la haine ou la peur de l’autre, ou la convoitise à son égard, ou dans l’égo et l’ambition démesurés.

Ce sont ces ressorts qu’utilisent les dirigeants des nations pour persuader leurs peuples de s’entretuer. Il suffit de les convaincre que leur survie en dépend et de flatter leurs égos.

Ce sont ces ressorts, puissamment installés chez les dirigeants mais actifs également chez la plupart des individus et des peuples, qui menacent la survie des hommes.

A tous les niveaux, dans tous les aspects de la vie sur terre.

De sorte que quand les peuples, épris de justice, se retournent contre leurs dirigeants tout en étant animés par la haine ou la peur de l’autre, ou la convoitise à son égard, ou l’égo et l’ambition démesurés, ils installent immanquablement à leur tête de nouveaux dirigeants également animés par ces mêmes ressorts.

La solution paraît donc simple en théorie : les peuples doivent se libérer de la haine et de la peur de l’autre, de la convoitise à son égard et de l’égo ou de l’ambition démesurés, pour être également en mesure de se libérer de leurs dirigeants aux égos et aux ambitions démesurés.

Cette libération est d’abord un effort sur soi de chacun et ensuite un effort commun sur les relations. Tant que cet effort ne progressera pas, chez les individus et chez les peuples, la tuerie insensée doit se poursuivre.

Actuellement, puisque cet effort n’est encore et toujours entrepris à travers le monde que par de très petites minorités, la tuerie insensée se poursuit.

Photo de antonio filigno sur Pexels.com

Titanic story.

Why do men go to war?

In animals, the reason for confrontation is threatened survival.  It naturally ceases as soon as survival is assured.

In men, beyond survival, war is rooted in hatred or fear of the other, or in covetousness towards him, or in ego and excessive ambition.

These are the springs that the leaders of nations use to persuade their people to kill each other. It is enough to convince them that their survival depends on it and to flatter their egos.

It is these springs, powerfully installed in the leaders but also active in most individuals and peoples, which threaten the survival of mankind.

At all levels, in all aspects of life on earth.

So that when people, in love with justice, turn against their leaders while being animated by hatred or fear of the other, or covetousness towards him, or ego and excessive ambition, they inevitably install at their head new leaders also animated by these same springs.

The solution therefore seems simple in theory: people must free themselves from hatred and fear of the other, from covetousness towards the other and from excessive ego or ambition, in order to be able to free themselves from their leaders with excessive egos and ambitions.

This liberation is first of all an effort on the part of each person and then a joint effort on the part of the relationships.

As long as this effort does not progress, in individuals and in peoples, the senseless killing must continue.

At present, since this effort is still only undertaken by very small minorities throughout the world, the senseless killing continues.

Eyes riveted.

Let us continue (25/02/2022). The fundamental complicity of the world’s leaders lies in their relentless desire to maintain and as much as possible increase their power over their peoples. If this means ordering these peoples to kill each other, this is not and has never been a problem, since « the best interests of the nation are at stake. »

So that, whatever the conjunctural motives put on display to justify a war, whatever the long-term profits expected from it, the first motive and profit is that any war between peoples is a war against peoples.

And since the peoples, although quite effectively subjugated, remain nevertheless always unpredictable, and since they are moreover, in their voluntary servitude, the basis of the whole edifice of domination, they are also, in the last instance, the only real threat to all dominators.

It is therefore important to these dominators, and this is what they agree on so well, to always maintain and renew sufficient tension between their respective nations. This is why NATO has been working for years to maintain the spectacle of a threat on Russia’s borders, and Putin is working together to maintain the spectacle of this threat.

So that at any moment it is enough to pull on the rope to make the people dance to the sound of the alarm sirens. The hypnotic anxiety works almost by itself, amplified by apocalyptic declarations of the kind that evoke the « immediate danger of a generalized conflict that threatens all of humanity » (Mélenchon, a French politician « insoumis »).

It is true that humanity is threatened on all sides in a thousand ways. By those who dominate it.



Photo de Somchai Kongkamsri sur Pexels.com

Les yeux rivés.

Poursuivons (25/02/2022). La complicité fondamentale des dirigeants du monde tient dans leur volonté acharnée de conserver et autant que possible d’augmenter leur pouvoir sur leurs peuples. S’il faut pour cela ordonner à ces peuples de s’entretuer, ce n’est pas et n’a jamais été un problème, puisque « l’intérêt supérieur de la nation est en jeu. »

De sorte que, quels que soient les motifs conjoncturels mis en vitrine pour justifier une guerre, quels que soient les profits à terme qui en sont attendus, le premier motif et profit est que toute guerre entre des peuples est une guerre contre les peuples.

Et puisque les peuples, certes assez efficacement soumis, restent cependant toujours imprévisibles, et comme ils sont en outre, dans leur servitude volontaire, la base de tout l’édifice de la domination, ils sont aussi, en dernière instance, la seule véritable menace pour tous les dominateurs.

Il importe donc à ces dominateurs, et c’est ce sur quoi ils s’entendent à merveille, de toujours maintenir et renouveler une tension suffisante entre leurs nations respectives. C’est pourquoi l’Otan travaille depuis des années à maintenir le spectacle d’une menace aux frontières de la Russie, et que Poutine travaille de concert  à maintenir le spectacle de cette menace.

De sorte qu’à tout moment il suffit de tirer sur la corde pour faire danser les peuples au son des sirènes d’alarme. L’hypnose anxiogène fonctionne alors quasiment toute seule, amplifiée de surcroit par les déclarations apocalyptiques du genre de celles qui évoque le « danger immédiat d’un conflit généralisé qui menace toute l’Humanité » (Mélenchon, politicien français « insoumis »).

C’est vrai que l’humanité est menacée de toutes parts de mille façons. Par ceux qui la dominent.