Y’a un pavillon noir dans nos cœurs.

La nouvelle jeunesse de la révolte.

Photo de u0410u043du0430u0441u0442u0430u0441u0438u044f sur Pexels.com

Des rêves j’en ai plein dans la tête
Des gens bien y’en a sous la terre
Gros c’est la sére-mi
Le poto cultive dans la serre

On s’rend peu de services
Depuis qu’le système nous asservit
Gros j’ai des cernes noirs
Quand j’pense à ceux qui sont dja servis

10 pilons c’est la même tous les jours
J’ai un poids dans le ventre j’me sens pas tout léger
J’contrôle pas tous mes gestes, j’comprends pas tous les gens
Si on suit pas leur route ils nous disent qu’on les gêne

On marche jusqu’à perdre nos pas
On parle jusqu’à perdre les mots
Moi j’me perds dans l’ivresse,
steuplai pardonne-moi

J’sais qu’on a ptêtre les mêmes plaies
Mais il manque pas les mêmes cases
On a pas tous les mêmes clefs
Mais on construit les mêmes cages

T’aimerais bien t’casser
Bah t’sais quoi moi aussi
T’aimerais bien t’caser
Mais elle a mal aussi

J’aimerais bien m’cacher
Bien m’caller dans un truc cool
J’aimerais bien m’calmer
Décaler devant l’eau turquoise

Pourquoi tant d’paresse
D’embarras
Au final devant m’paraît plein
d’barrages

Plein d’barrages, plein d’barrages, plein d’barrages,
Plein d’barrages, plein d’barrages, plein d’barrages, plein

Plein d’barrages, plein d’barrages, plein d’barrages,
Plein d’barrages, plein d’barrages, plein d’barrages, plein

Y’a un pavillon noir dans nos cœurs
On m’a pas dit l’occaz y’en a qu’une
Y’a un tas d’mélange sale dans nos cups
Mais la drogue comblera pas nos lacunes

Chaque jour m’enlève une barre de vie
Chaque jour j’reprends une part de vice
Où j’suis y’a pas de passants
Pas grand chose où j’pourrais tout dépenser

Souvent j’suis tout défoncé
Dans l’fond j’sais que tout est sincère
J’suis tombé dans vla le roncier
En cherchant à c’qu’on m’y insère

J’vois les poids comme un signe quand je vois le ciel
Fallait pas commencer j’savais pas frère
Tout un tas de ratures pas d’effaceur
J’me sens bien quand j’écris et j’fais ça seul

Mon regard est vide comme mon assiette
Faut rester solide comme de l’acier
J’te dirai sorry si j’t’ai laissé
Mais faut que j’aille de l’avant pour mes anciens

Faut qu’je prenne de l’avance sur mes empreintes
Quand j’perdrai la vie que j’sois en paix
Ici bas tous on nous fait ramper
Pourtant nous on croit qu’on se remplit.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.