Après l’érotique « Emmanuelle » 1 et 2 dans les années 70, après le viril « Emmanuel 1 » en 2017, voici l’héroïque « Emmanuel 2 ».

Le président de tous les refusants. C’est sous ce nom véridique que Macron restera dans l’Histoire.

On rappelle vite fait quelques faits :

  • Macron n’obtient que 38% du total des inscrits (sans parler des non-inscrits).
  • L’abstention s’établit à 28 % – du jamais-vu depuis 1969 -, soit 14 millions d’électeurs.
  • Plus de 3 millions de Français ont voté blanc ou nul.
  • 63% des Français ne veulent pas que Macron remporte les législatives.

On ajoutera aussi que les votes sont en grande majorité dits « utiles », ce qui est une façon inversée de dire qu’ils ne serviront à rien d’autre qu’augmenter l’épaisseur du mensonge politique sous toutes ses variantes, outre qu’ils enlèvent une part non négligeable de crédibilité aux politiciens de tous bords qui les revendiquent comme s’il s’agissait de trophées, alors que ce ne sont que de faux faits.

Il suffit d’ajouter que ces votes, même lorsqu’ils sont d’adhésion, ne représentent que de façon systématiquement biaisée – déformée, appauvrie, récupérée – l’insatisfaction généralisée à propos d’un monde à peu près totalement falsifié à tous les étages.

En bref, la séparation entre la représentation, la mise en vitrine, la spectacularisation politico-médiatique et la réalité est littéralement consommée. Et ne pourra produire à terme qu’une vaste indigestion.

 Concluons. L’insatisfaction radicale à propos de tout ce qui fait ce monde : aliénation, séparation, falsification, cette insatisfaction est communément sans mots qui puissent en exprimer l’intensité, l’aggravation. Elle ne peut donc que se radicaliser.

Mais pour que cet écœurement sans nom trouve le courage de s’exprimer, il faut certaines conditions : un dysfonctionnement important du système, qui mette les gens à l’arrêt, de sorte qu’ils ne puissent plus courir dans ce vide à remplir qui leur tient lieu de vie – le temps que monte en eux une nausée profonde par rapport à tout ce qui les faisait courir quelques jours auparavant -, un dégout pour tous les exutoires qu’ils s’empressaient de saisir, et les mots justes à mettre sur cette étrange situation.

C’est la conscience vraie de l’insatisfaction radicale qui produira alors d’elle-même son langage, et la plupart s’y reconnaitront.

La peste avec le choléra, et le Covid sur le gâteau.

Après deux années de Covid subsumé par l’injonction de son double traitement vaccinal et liberticide, l’efficacité de l’un étant conditionnée par l’acceptation de l’autre, et aucun autre choix sur nos vies n’étant envisageable sous peine de complotisme, nous voici parfaitement conditionnés à faire un choix tout aussi impératif entre la peste lepéniste et le choléra macronien, les autres maladies potentiellement véhiculées par les urnes ayant été stoppées, comme la mélanchonite aigue ou le zemmourisme aggravé.

On se perd vite en tristes conjectures pour déterminer si l’éborgnage de manifestants est pire que l’expulsion musclée des immigrés, etc. Sans doute est-il évident que l’un est préférable à l’autre, s’il s’agit pour le peuple de continuer à se soumettre au monde de la falsification et à la falsification du monde, et rien d’autre ne lui est demandé, ou proposé, le mélanchonisme n’étant que la dernière vitrine du spectacle de l’émancipation par la représentation politicienne.

Il est aussi vain de croire pouvoir déterminer  si finalement le pire ne serait pas meilleur pour activer l’émancipation, selon le principe que l’on a jamais été aussi libres que sous l’occupation, jamais aussi solidaires qu’en tant que résistants, etc., tandis que la tyrannie douce défait chaque jour un peu plus ce qui ressemble de moins en moins à un peuple.

Tout ceci est très vain, puisque seule la décision farouche d’apprendre à se passer de tous les dominants permettrait de dépasser ces horizons circulaires, et qu’elle fait défaut.

C’est donc non par défaut d’un meilleur candidat que la farce pathétique va se conclure, mais par défaut de nous-mêmes. Et quelles que soient les suites, toutes très pénibles évidemment, c’est ce défaut radical qui enchaîne le peuple à la poursuite de son malheur, comme c’est son dépassement qui, dans tous les pitoyables scénarios que nous réserve la société du spectacle, permettrait seul d’envisager de faire tomber les masques et d’enfin tirer le rideau.

On en est loin, ou près, c’est selon.